« kintsugi » l’art de réparer .

金継ぎのくらわんか茶碗 Le KINTSUKUROI  est l’art japonais de réparer des poteries cassées à l’aide d’une résine laquée ornée d’or ou d’argent. En plus d’une forme astucieuse de réparation, le kintsukuroi a une signification philosophique plus profonde. Les défauts réparés font partie intégrante de la conception de l’objet et certaines personnes pensent que la poterie est encore plus belle après avoir été brisée et réparée.

1 – Une philosophie

À travers le kintsukuroi, les fissures et les coutures ne sont que le symbole d’un événement survenu dans la vie de l’objet, plutôt que la cause de sa destruction. Comme des pots, des bols, des tasses et des assiettes, nous supportons nos propres bosses et égratignures. Nous faisons l’expérience de chutes d’une hauteur vertigineuse et de coups inattendus. Parfois, nous faisons l’expérience de choses qui sèment la honte: rejet, trahison, abandon, échec. Nous essayons donc d’éviter les expériences qui nous exposent le plus possible à ces sentiments, de peur que les gens qui nous entourent ne voient la preuve de notre imperfection, de nos défauts et de notre « qualité insuffisante ». En d’autres termes, nous restons cachés.

Je crois que ces expériences nous changent – et je pense que nous avons le choix. Nous pouvons choisir de rejeter nos expériences et nos défauts et nos blessures, de les repousser, de les regretter, et de vivre dans le pays du «Si seulement…».

Nous pouvons nous parer de faux-semblants, nous couvrir d’une armure épaisse, et nous plonger dans nos métiers pour oublier et mieux se leurrer.

Ou nous pouvons choisir de voir ces expériences pour ce qu’elles sont: nos coutures dorées. Les moments où nous sommes rayés, ébréchés, fissurés et cassés peuvent sembler des moments d’échecs, mais il peut aussi y avoir une beauté étrange dans la façon dont nous les traitons et dans les leçons que nous en tirons par la suite… si nous voulons.

Nos expériences ne nous définissent pas, mais elles nous influencent. Nous pouvons décider de nous cacher ou d’accepter ces expériences qui nous ont un peu façonnées, les expériences auxquelles nous avons appliqué notre propre revêtement spécial de résine dorée. Nous pouvons décider de nous couvrir, ou nous pouvons décider de nous servir de ces fêlures pour mieux avancer, comme un ornement qui nous rendrait spécial, un peu unique. Votre histoire est à vous. Embrasser les expériences qui vous ont influencé. Où sont tes coutures dorées ?

2 – Comment réaliser soi-même, le KINTSUKUROI ?

  • mélangez une quantité d’époxy d’un quart de volume sur une surface jetable telle qu’une assiette en carton ou un morceau de carton.
  • Ajoutez ensuite une quantité de poudre de mica de la taille d’un pois à l’époxy et mélangez bien. Utilisez une allumette, une petite baguette ou un pinceau.

3 – Adapter cette technique à tous les matériaux et objets

Cette technique se décline, grâce à de talentueux designers sur de multiples supports. Et même là où on ne l’attend pas. : vase, coupe en verre, mur et même revêtement de sol urbain.

Et vous, êtes-vous kintsukuroi ?

Romy A.

Contributrice blog koddel.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s